• en
  • fr
  • ro

Blog

Quand la vie d’un enfant dépend d’un transplant et d’une chambre stérile

En 2013, les membres fondateurs de l’Association Fais don de la vie ont inauguré 10 chambres stériles pour des Transplants Médullaires, à l’Institut Clinique Fundeni. L’investissement vaut 800.000 euros et a aidé à créer le Compartiment de Transplant pour Enfants et à moderniser et augmenter la capacité du Compartiment de Transplant pour Adultes.

camere sterile

Si en 2012, dans le service de Transplant Médullaire (avec 7 chambres stériles), on a fait 50 transplants de cellules souches, en 2013, on a fait 131 et dès le début de l’année 2014 et jusqu’à maintenant, encore 69.*

Quand elle avait 4 ans, Elena a été diagnostiquée avec Lymphome hodgkinien, une forme de cancer qui attaque le système immunitaire – les ganglions du corps deviennent malins et, dans beaucoup de cas, la maladie affecte les poumons, provoquant de l’insuffisance respiratoire et beaucoup d’autres complications.

3

Elena a maintenant 9 ans et demi, 15 cures de cytostatiques et une autotransplantation de cellules souches. Elle a fait le transplant à l’Institut Clinique Fundeni, en avril. Pendant un mois, elle a été isolée dans une chambre stérile. Elle n’a pas pu jouer avec d’autres enfants son âge et son seul visiteur a été sa mère. L’isolation lui a protégé contre les infections, une des complications majeures du transplant médullaire et lui a donné une chance réelle de vivre et de se rétablir. Si le patient est isolé dans une chambre où l’air et l’eau sont filtrés, où il y a un flux laminaire et une pression positive de l’air, il a beaucoup de chances de faire face à cette procédure. Maintenant, Elena veut recommencer l’école l’année prochaine, pour pouvoir apprendre et jouer avec des enfants son âge. La petite a essayé d’aller à l’école dans le passé aussi, mais les autres enfants lui volaient le chapeau et riaient d’elle pour avoir perdu ses cheveux à cause des cytostatiques.

2

Dans son cas, on a pu faire l’autotransplantation, mais il y a aussi beaucoup de cas où les médecins doivent utiliser des donateurs de la même famille, si le patient a des frères qui sont compatibles, ou même des donateurs sans lien de parenté. Maintenant, plus de 10.000** Roumains sont inscrits dans le Registre National des Donateurs Volontaires de Cellules Souches, qui fonctionne dès 2013, afin que les patients qui n’ont pas de donateurs de la même famille puissent bénéficier d’un transplant dans le pays. En 2013, en Roumanie, on a fait 19 transplants de cellules souches utilisant des donateurs sans lien de parenté, à l’Institut Clinique Fundeni et à la Clinique d’oncologie pédiatrique « Louis Turcanu » de Timisoara. En 2014, dès janvier et jusqu’à juillet, on a déjà fait 12.

Parmi d’autres raisons, Elena et beaucoup d’autres patients ont une chance à la vie aussi grâce au projet par lequel les membres fondateurs de l’Association Fais don de la Vie ont triplé la capacité de transplant de cellules souches de la Roumanie, par la construction de 10 chambres stériles à Fundeni et 3 dans le deuxième centre de transplant du pays, à Timisoara. La majorité des donations ont été obtenues des compagnies qui ont choisi de rediriger 20% de leur impôt sur le profit vers la dotation des centres oncologiques.
*          Source :              www.registru-celule-stem.ro (article publié le 6 mars 2014)

**         Source :              L’Institut Clinique Fundeni, Bucarest, Dr. Alina Tanase – Directeur Médical

Share on FacebookTweet about this on Twitter
24.07.2014 Nu sunt comentarii
Pe aceeasi tema:

Spune parerea ta

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.